Aller au contenu
Expérience de la contre-culture Punk Hardcore
Expérience de la contre-culture Punk Hardcore
Expérience de la contre-culture Punk Hardcore

Berthold City – When Words Are Not Enough

Berthold City_When Words Are Not Enough

Depuis les débuts de Pretty Little Sound, nous mettons régulièrement en lumière le label War Records au travers de ses petits protégés comme Reserving Dirtnaps, WISH, Exhibition, Buggy ou encore Ironclad. Mais War Records, c’est avant tout Andrew Kline, guitariste de Strife / World Be Free et chanteur de Berthold City dont il est aujourd’hui question.

Lancé à Los Angeles en 2017 autour de Kline donc, mais aussi Dennis McDonald (Internal Affairs), Adam Galindo (Abrasion, One Choice, Twist of Cain), John « Eightclip » Jenkins (Allegiance) et Dave Itow (Amendment Eighteen, The Mistake), le combo m’a systématiquement régalé au fil de ses EP. Trois années après l’excellent What Time Takes, les vétérans californiens reviennent présenter leur tout premier album !

Berthold City a toujours été profondément influencé par le Youth Crew et le Straight Edge, et When Words Are Not Enough appelle les grands esprits qui ont marché sur les bords métallisés de la discipline : Sick Of It All, Judge, Bold, No For An Answer…une progression sensible par rapport aux précédentes productions qui fait et fera de cette nouvelle copie un futur classique !!

La production signée Nick Jett (Terror) est aussi pour beaucoup dans cette évolution, donnant un caractère épique aux douze nouvelles compositions. Only Truth Wins typiquement, le genre d’introduction vibrante et urgente qui rappelle à quel point le Punk Hardcore est une grande musique et pourquoi on l’aime tant !

Une véritable boussole pour la plupart des titres dont le tout aussi impressionnant The Pharmacist, quand certains autres démontrent une personnalité plus ouverte : par exemple When Might Makes Right et Out Of Darkness qui serviront le quota de two-step aux amateurs de danse ; ceux qui aiment l’émotion apprécieront assurément la dimension mélodique de Empty Faces et Left With Nothing.

Au final, Berthold City livre avec When Words Are Not Enough l’album de la maturité et une bonne leçon de Hardcore…n’attendez plus pour l’écouter !