EXIL – Warning

EXIL_Warning
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Visitons un petit peu nos contrées européennes et plus particulièrement la Suède pour y découvrir EXIL, un tout nouveau groupe constitué en 2020 à Stockholm suite à la déclaration de guerre du virus COVID-19 ! Ses membres fondateurs ne sont pas d’illustres inconnus, étant issus des scènes Punk Hardcore et Grindcore nationales : en tête DS-13, UX Vileheads, Axis Of Despair, Livet Som Insats et bien d’autres la plupart estampillés Umeå la légendaire, bref des vétérans pour qui la musique extrême n’a plus de secret !

Armé d’un parcours aussi touffu et d’une passion débordante pour le Hardcore traditionnel joué pied au plancher, qu’il soit américain (Poison Idea, Deep Wound, Slapshot), anglais UK82 (GBH, Discharge, Crass) ou suédois D-Beat / Kängpunk (Mob47, Anti Cimex, Totalitär), EXIL largue sa première bombe nucléaire Warning !! Rien d’étonnant donc à ce que l’onde de choc ait touché Armageddon Label, la très sélective maison de disques de Ben Barrett, guitariste des célèbres américains Dropdead (Fastcore, Powerviolence).

De la première à la vingt-cinquième minute, EXIL décharge toute sa frustration et sa colère emmagasinées durant ces longs mois de privation et de crise. La vitesse est excessive à la limite de la sortie de route. (L’apparente) simplicité et ligne droite désarment quant l’intensité et la brutalité pressent continuellement l’auditeur. Et le summum, en filigrane cette finesse, ce sens aiguisé de la musicalité très caractéristique des groupes suédois ! Animalité, adrénaline, accroche poussées à leur paroxysme !!

Ajoutez-y des paroles intelligentes traitant principalement des méfaits de la vie en métropole (injustice économique, gentrification, individualisme..), concept au passage superbement modélisé sur un artwork haut en couleur réalisé par Joe BB, et vous avez là tous les ingrédients d’un album explosif.

La chanson éponyme est la première ogive à éclater en pleine face, furieuse dans son tempo et collant à la peau par les aboiements et le refrain de TB…on se doutait bien qu’elle ferait mal avec son larsen d’ouverture ! Un peu plus tard History Of Cleanliness / Idiot Face ralentit légèrement le rythme et se veut beaucoup plus chantante et dansante dans sa première partie, légèreté contrebalançant la sombre genèse du gaz sarin qu’elle dépeint.

Autre titre marquant, Dear Landord complètement dopé aux amphétamines, battant le record de vitesse porté par le jeu de basse fulgurant de 138 et finissant sa course folle sur un breakdown énervé. Enfin, Downward Spiral joue la carte de l’émotion grâce au riffing mélodique de Kristofer, démontrant que musique extrême n’est pas incompatible avec sensibilité…bienvenue en Suède.

Voilà ces quelques échantillons de haute voltige, prélevés sur un album qui l’est tout autant. EXIL est indéniablement un très grand groupe, et Warning un album hors du temps. Hâte de découvrir le résultat en concert !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email