Aller au contenu
Expérience de la contre-culture Punk Hardcore
Expérience de la contre-culture Punk Hardcore
Expérience de la contre-culture Punk Hardcore

Peace Test – Pry

Peace Test_Pry

Le Hardcore est souvent synonyme d’extrême et l’artwork du jour réalisé par le guitariste Cedrick Gustave sent définitivement la bagarre à plein nez ! Peace Test est un groupe bien underground révélé au monde en 2018 avant d’exploser et me retourner avec son EP Uniform Repression il y a deux ans de cela.

Je suis donc sur un nuage en découvrant la nouvelle production des gars de Rhode Island, d’autant plus que la précédente marquait une évolution musicale franche, où les fondations historiques bien ancrées Hardcore Old School flirtaient dangereusement avec le cousin bâtard Powerviolence !

PRY toujours édité par To Live A Lie continue justement sur cette lancée, finalement en cohérence totale avec l’Histoire riche du Hardcore des régions avoisinantes (SSD, DYS, Siege, Deep Wound, Urban Waste, The Abused et tant d’autres).

Qu’importe les étiquettes, retenez que le chaos, le nihilisme et la misanthropie drainent la musique de Peace Test. L’anéantissement est porté pour beaucoup par le chanteur Nolan Cambra, aboyant comme jamais dans une urgence, agressivité et combativité rares. Une singularité certes de valeur mais Peace Test dans sa globalité n’est pas en reste, repoussant encore les limites de férocité, vitesse et variation rythmique.

La chimie créative entre les musiciens impressionne et le résultat final sonne à la manière d’un live, frontal et viscéral ! Bluffant quand on sait que le groupe a longtemps été un duo et que l’actuel quatuor complet n’a que très peu tourné, pandémie mondiale oblige !

L’assaut dure environ quatorze minutes, largement suffisant pour balancer quatorze coups de pelle dans la tronche de l’auditeur ! Le titre éponyme fait mal avec son larsen strident et son mid-tempo primitif, ouvrant la voie à l’impérieux Combat Root qui témoigne de la richesse et qualité de composition évoquées plus tôt. Continuons la tournée avec Dose et ses trente secondes de Straight Edge au vitriol, passant d’une pluie de blast beats Grind à une envolée fulgurante et endiablée.

Autre pépite, 40% et sa tirade contre le climat de violence, bien Punk crasseux avec gang vocals et sections two-step ultra dansantes. Un reflux direct de Uniform Repression qui embraye sur une deuxième partie EXCEPTIONNELLE : dans le viseur notamment Empathizer, Exclusion et Prime Suspect qui attaquent vos oreilles au pied de biche avant de vous achever sur No Advocate. Quel titre inouï et varié, quelle violence et à la fois quelle accroche et mélodie !

Ecoutez ou crevez !!!